AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gab & Raph MacGraw

avatar

Messages : 34

MessageSujet: Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE   Dim 7 Oct - 19:31

Il faisait gris dehors, un temps on ne peut plus maussade. Il n’allait sûrement plus tarder à neiger maintenant. Un soupire franchit les lèvres de Gabriel qui était plonger dans la contemplation du ciel nuageux. Il leva sa tête de sa paume pour regarder son frère, endormit sur sa table à ses cotés. Raphaël ne résistait jamais à un cours ennuyeux… Mais là, le cous allait bientôt prendre fin. Le plus humain des jumeaux donna un coup de coude dans les cotes de son jumeau qui émit un grognement avant d’ouvrir un œil. Pour toute réponse, le cadet des jumeaux adressa un sourire moqueur à son frère qui se passa une main dans les cheveux tout en se redressant. Il était encore à moitié endormit quand il leva les yeux vers le professeur qui était en train d’indiquer les devoirs à faire pour la fois suivante. Négligemment, les deux garçons prirent notes du travail à faire. Puis, la fin du cours était arrivée et ils s’étaient levés en même temps et avait rangé leurs affaires avant de quitter la salle sous le regard de certains de leurs camarades. A peine sortis de la salle de classe, Raphaël s’étira et jeta un œil à son frère avant de lui lancer.

« Quelle journée ennuyeuse!
- C’est vrai… On fait quoi ?
- J’sais pas… »


En simultané, les jumeaux plongèrent leurs mains dans leurs poches et commencèrent à errer dans les couloirs. Qu’avaient ils appris ce jour là ? Ni l’un, ni l’autre n’aurait su le dire. Heureusement qu’ils avaient les parchemins où ils avaient pris quelques notes par-ci, par-là. Enfin, ils verraient bien quand ils commenceraient leurs devoirs. Où aller ? Que faire ? Alors qu’ils vagabondaient dans les couloirs, ils aperçurent un garçon qui approchait de Shiloé, visiblement dans le but de lui adresser la parole. Elle ne l’avait pas vu, c’était le moment pour les jumeaux. Le Né-Moldu qu’était ce garçon se fit intercepter par les jumeaux qui, le prenant chacun par un bras l’emmenèrent à l’écart, là où la trop gentille Sang Pure ne les verrait pas. Là, Gabriel lâcha le garçon, un élève de Poufsouffle mais Raphaël se contenta pour sa part de l’attraper par le col et de le plaquer au mure le plus proche.

« Tu ferais mieux de laisser tomber.
- Pardon ?
- Ne t’approche pas de Shiloé, c’est plus clair comme ça ?
- Mais elle peut bien choisir elle-même.
- Tu sembles pas comprendre, elle a pas besoin de déchets comme toi !
- Si tu t’approches encore d’elle, on te le fera regretter, c’est clair ? »


Le Poufsouffle leur jeta un regard haineux à l’un puis à l’autre avant de figer son regard haineux dans les yeux de Raphaël qui le regardait avec une haine similaire. Gabriel avait déjà pris sa baguette à la main. Un silence plana quelques instants avant que l’autre ne prenne à nouveau la parole.

« C’est bon, je m’approcherais pas d’elle. »

Raphaël le relâcha et les jumeaux le regardèrent filé avec la même haine chargé de dégoût avant de s’entreregarder.

« Si elle nous avait vu, elle nous engueulerais…
- Tu m’étonnes »


Tout deux éclatèrent de rire et Gabriel rangea sa baguette un peu déçu quand même qu’il se soit plié bien docilement à leurs ordres. Et voila, il n’en fallu pas plus pour que les jeune MacGraw reprennent leur errance dans le château en attendant de trouver autre chose qui puisse les occuper.
Revenir en haut Aller en bas
Shiloé A.J. Rhodes

avatar

Messages : 84

MessageSujet: Re: Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE   Dim 7 Oct - 20:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Noah et Shiloé... Shiloé et Noah... Cela sonnait plutôt bien. Très bien, même. Comme une musique douce et entêtante. Ce ne serait pas son premier petit-ami. Ni le dernier. Non pas qu'elle fut une débauchée, mais elle aimait parfois un peu trop les garçons. En fait, elle aimait faire enrager les jumeaux en s'affichant avec des personnes tout à fait respectables... mais qui passaient aux yeux des deux frères pour des impurs. Mais elle les aimait bien, ces personnes là. Ils n'étaient pas que des simples jouets entre ses mains. Le jeu, c'était bon pour les enfants. Or, elle n'était plus une gamine. Jouer, manipuler, mentir, elle avait passé ce stade depuis longtemps. Très longtemps, même. Elle n'était même pas sûre d'avoir osé entrer dans ce jeu-là. C'était réservé à Cobain et aux jumeaux, ça. Les parties où il fallait dominer l'autre n'étaient pas le dada de Shiloé. Elle, elle préférait... aimer. Voilà. Trop gentille et trop naïve pour faire du mal aux autres. Mais elle avait toujours su se défendre. Et elle se sentait mal à l'aise par rapport au regard oppressant des jumeaux braqué sur elle depuis quelques temps. Bon, ce n'était pas nouveau. Ils l'avaient toujours regardée comme une proie. Certes, ils n'étaient peut-être pas en train de la fixer en ce moment-même, mais Shiloé avait la constante impression qu'ils étaient un barrage entre elle et le reste du monde. Les geoliers de leur monde invisible. Dans le monde des jumeaux, ils étaient rois, et Shiloé, comme tous les autres, se trouvait à leur pieds. Sauf que dans la réalité, ça ne marchait pas comme ça. Dans la réalité, c'était la serdaigle qui détenait le pouvoir. Et qui ne savait pas quoi en faire. Cobain, lui, savait comment amener les autres à lui obéir. Normal, après tout, c'était le bon petit fils à son papa. Cobain aimait le pouvoir. Contrairement à elle. Et en ce moment, elle était parfaitement consciente que c'était les jumeaux qui avaient le pouvoir sur elle. Il fallait que cette situation s'inverse. Et très vite. Shiloé ne pouvait décemment plus laisser Gabriel et Raphaël la gouverner, et la maitriser comme un pantin désarticulé. Pas de problèmes pour ça. Pas besoin d'être mauvaise pour vivre sa vie et les provoquer... un tout petit peu. Elle devait bien avouer qu'elle n'avait aucune envie de provoquer les foudres des jumeaux comme elle était si apte à le faire.

La cours passait très, très lentement. Certes, Shiloé ne s'ennuyait pas tellement en général, mais elle devait admettre que ce cours d'étude des runes était particulièrement, comment dire... Chiant ? Barbant ? Pénible ? Shiloé s'étira négligemment en laissant son regard vert dériver vers la fenêtre. Le temps n'était pas réjouissant. Le ciel était livide, mais vierge de tout nuage. Juste très gris. Cela lui rappellait le soir où sa mère était partie. Comme ça. Elle avait disparu avec le vent, sans dire au revoir. Comme si elle n'avait jamais exister. Ça lui avait fait un choc. Un vrai. Cela l'avait ébranlée dans son monde rose. Shiloé tressaillit; le mois s'annonçait froid. La serdaigle n'aimait pas le froid, ni l'hiver. Lorseque l'on voyait son caractère, cela coulait de source. La période de Noël ne lui apportait aucun soulagement; quant au bal, il la rendait euphorique, mais pas tellement. Elle se sentait larguée par les récents éléments. Elle ne verrait pas Cobain au bras d'une élégante sang-pur, et elle ressentait d'avance une sensation étrange, entre la mélancolie et le soulagement. Bref, ce n'était pas le genre d'émotions qui l'habitaient en temps normal et ça la mettait mal à l'aise.

La fin du cours sonna. Shiloé n'avait quasiment pas écouté. Et pourtant, d'habitude, elle était plutôt du genre studieuse. Mais la motivation n'était pas là, aujourd'hui. Vraiment pas là. Elle n'avait ni l'envie ni le courage de se farcir une heure de divination. C'était vraiment nimporte quoi, ce cours. Le pire, c'était que cela aurait pu être intéressant, mais avec cette prof, ça lui donnait juste envie d'aller se pendre avant que tout les malheurs du monde ne lui tombent dessus. Bref, pour la seule fois de sa vie, elle était (presque ) de mauvaise humeur et ça se ressentait même dans son maquillage. Son regard était charbonneux alors que d'habitude elle préférait des teintes plus claires. Bref, elle avait presque envie de râler. Et le temps dégueulasse n'arrangeait rien. Shiloé attrapa son sac et sortit de la classe d'un pas rapide, heureuse de pouvoir s'échapper de l'atmosphère confinée de la salle. Le bruit de ses propres talons la hantait presque. Un pas. Deux pas. Trois pas. Tac. Tac. Tac. Sa propre mère lui avait toujours dit que les femmes importantes ne mettaient pas de tlaons par coquetterie; mais pour dominer au mieux les hommes. Cette théorie lui semblait tirée par les cheveux. Néanmoins, voir sa taille augmentée de 5 cm n'était pas négligeable. C'était même un atout. Shiloé réajusta sa jupe d'uniforme. Elle trouvait vraiment cet unifrome laid. Un peu plus de couleurs, une matière plus jolie... et ça serait déjà un peu plus portable. Alors que là... Un bleu klein serait beaucoup plus approprié... Elle secoua la tête. Elle avait déjà Minah à relooker, elle n'allait pas en plus s'occuper de son uniforme. La serdaigle chercha Noah du regard. Il était où, bordel ?! Elle alla poser la question très élégamment à un de ses amis, qui lui répondit qu'il avait vu le poufsouffle s'éloigner avec les jumeaux. Shiloé fit la moue. Ça ne sentait pas bon, ça. Pas bon du tout. Si elle aurait du comparer les jumeaux à quelque chose, elle aurait pensé à du gaz : ça sent pas bon, et ça survient au moment où vous vous y attendez le moins. Pas très distingué certes; mais réaliste. Shiloé se mit donc à vagabonder dans les couloirs, avec un but bien précis : débusquer les jumeaux et les faire chier d'une manière ou d'une autre. Avec eux, elle était souvent prise d'envie de meurtres et Dieu seul savait à quel point c'était dur de la mettre en colère. Par chance, elle finit par les trouver. Ricanants, comme à leur habitude. Elle lança les hostilités en attrapant l'épaule de l'un des deux compères et en la serrant bien fort histoire de leur signaler que ce n'était pas une groupie rougissante qui leur collait au train. ♫ C'est pas bientôt fini vos conneries ? Je commence à en avoir ras le bol d'avoir deux crétins qui me collent au train et qui sélectionnent les gens que je fréquente ! Au fait, une fille de mon année raconte à qui veut l'entendre que tu as mis en cloque Ivy Lloyd, Raphaël. C'est vrai cette histoire ? Ça ne m'étonnerais pas de ta part. Vous êtes lamentables. Je ne sais même pas pourquoi je suis allée vous parler. ♫ débita Shiloé avant de se retourner et de repartir en sens inverse, aussi arrogante que possible. C'était Noah qui serait son cavalier, et tant pis si ça froissait les MacGraw; elle avait bien remarqué leurs regards assassins et n'en avait pas grand chose à faire. Hors de question qu'il lui dicte sa vie.

Revenir en haut Aller en bas
Gab & Raph MacGraw

avatar

Messages : 34

MessageSujet: Re: Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE   Mer 10 Oct - 17:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Et voila, un poids de moins, les jumeaux savaient qu’ils étaient suffisamment ‘craint’ à Poudlard pour qu’il obéisse… Un temps du moins. Il faut dire qu’il fallait manquer de discernement pour défier l’un ou l’autre des jumeaux… car s’était alors à deux qu’il vous tombait dessus et c’était aussi à deux qu’ils usaient de leurs influences pour que votre existence dans le monde magique soit réduite à néant. Il n’était donc pas bon de les mettre en colère. Quoi qu’il en soit, l’un comme l’autre doutaient fortement que Noah ait le courage de les défier ainsi. Ils avaient donc repris leurs errances. Du moins jusqu’à ce qu’une main ne se pose sur l’épaule de Raphaël qui se figea en haussant un sourcil. Voyant que son frère ne le suivait plus, ce fut au tour de Gabriel de s’arrêter et de pivoter vers lui pour voir leur jouet une main sur son épaule… visiblement énervé. Il n’en fallu pas plus aux MacGraw pour s’entreregarder s’échangeant un muet ‘comme on s’en doutait. Gabriel enfouit ses mains dans les poches de son uniforme, s’apprêtant à la saluer, mais elle pris la parole avant lui.

♫ C'est pas bientôt fini vos conneries ? Je commence à en avoir ras le bol d'avoir deux crétins qui me collent au train et qui sélectionnent les gens que je fréquente ! Au fait, une fille de mon année raconte à qui veut l'entendre que tu as mis en cloque Ivy Lloyd, Raphaël. C'est vrai cette histoire ? Ça ne m'étonnerais pas de ta part. Vous êtes lamentables. Je ne sais même pas pourquoi je suis allée vous parler. ♫

Oula ! Mais c’est qu’elle leur faisait un coup de colère. Ne comprendrait elle jamais qu’ils agissaient ainsi pour son bien ? Ou plutôt, les jumeaux avaient l’impression qu’elle ne voulait pas le comprendre. Soit. Leurs regards se croisèrent à nouveau alors qu’elle débitait des inepties… Non mais c’était qui ça d’abor Ivy Lloyd ? Elle les trouvait lamentable maintenant ? Ah non ! Les jumeaux n’allaient pas laisser un jouet aussi amusant que la fille Rhodes leur échapper. Alors que Gabriel voulu la rattraper son frère, plus vif qu’à son habitude s’était emparer du poignet de la brune le serrant un peu trop fortement pour le calme qu’il montrait. Il pris un instant avant de dire :

« Depuis le temps qu’on se connaît, on pourrait croire que tu nous connais suffisamment pour ne pas croire ce genre de conneries.
- Tu devrais savoir qu’on ne touchera jamais à une fille qui n’arrive pas à nous différencier du premier coup d’œil…
- D’ailleurs y’en a qu’une qui correspond à ce critère…
- Mais on peut pas vraiment la considérer comme une fille. »


Ils laissèrent échapper un rire, pas bien dur de savoir qu’ils parlaient de Minah. Plus dur par contre de comprendre qu’ils ne se moquaient pas d’elle… Même si elle agissait plus en garçon qu’en fille, Minah était leur meilleure amie et ils l’appréciaient comme elle était alors inutile de vouloir la changer… même si elle voulait les changer…

- Et c’est qui d’abord cette fille ? Ivy Lloyd c'est ça ? Quelle Maison ? »

Raphaël était particulièrement énerver de ce commentaire mais il tentait de dominer sa colère car elle était tout de même une « amie » du moins c’était ainsi que le voyait les adultes de leur entourage. Gabriel le regardait un peu anxieux car mieux que quiconque il connaissait les limites de son jumeau. Le plus ‘humain’ des deux garçons se rapprocha de l’autre pour pouvoir agir en cas de besoin. Sous le regard insistant de Gabriel, son frère relâcha le poignet de Shiloé pour plonger à son tour ses mains dans les poches de son uniforme, nonchalamment.

« Tu dois comprendre qu’on agit pour ton bien Shiloé…
- Tu crois qu’il réagirait comment ton père en voyant ce genre de fréquentation ?
- Et si ta mère l’apprend où qu’elle soit, je crois qu’elle sera très déçue… »


Gabriel usait de la corde sensible, il savait la disparition de Mrs Rhodes et à quel point sa fille pouvait souffrir de son absence… Mais jouer sur ça pouvait aussi être la meilleure solution pour manipuler l’aiglonne sans qu’elle ne s’en aperçoive vraiment. Étonné, le plus ingrat des serpents regarda l’autre, il n’aurait pas pensé le voir prendre le risque de blesser leur jouet, d’habitude, c’était à lui que revenait ce rôle, mais pour le coup, il avait fait fort. Ça allait donc être à son tour de voir pour être le gentil… il n’était pas très douer pour ça…

« Tu sais Shiloé… Beaucoup de ces gens pourraient profiter de ta pureté pour se hisser dans la société sorcière…
- Et ça a tes dépend bien entendu. Que crois tu qu’il arrivera quand ils auront obtenus ce qu’ils veulent ? »


Il y avait des gens comme ça, bien sur, mais tout le monde n’était pas comme ça… Mais encore une fois, il fallait jouer sur ça pour mieux convaincre. La manipulation était et avait toujours été leur spécialité. Après tout, cette fille qu’ils avaient humilié avec leur fête le même jour que la sienne… ils avaient manipuler ses amis, ceux qui avait été les plus réticents, en prétendant que de toute façon elle était d’accord pour repousser sa fête et venir à la leur… ce qui bien sur n’était qu’un gros vilain mensonge, mais mentir ne leur avait jamais fait peur. Tout deux laissèrent le temps à la jeune fille de méditer à ses paroles puis, Gabriel soupira et se passa une main dans les cheveux avant de dire.

« Et puis, si tu es venu nous parler c’est que tu ne dois pas nous trouvez si lamentable que ça. »

Au même moment, les jumeaux adressèrent à Shiloé un sourire simple, peut être un brin victorieux. De toute façon quoi qu’elle fasse et quoi qu’elle dise, la Serdaigle ne se débarrasserait pas d’eux si facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Shiloé A.J. Rhodes

avatar

Messages : 84

MessageSujet: Re: Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE   Dim 14 Oct - 16:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Temps de merde, pour journée de merde. Pourquoi se trouvait-elle là ? Shiloé aurait mieux fait d'attendre le prochain cours pour parler le plus tranquillement possible à Noah. Alors que là, la serdaigle allait encore s'engager dans une de ces joutes verbales où elle déchanterait à coup sûr. C'était certain. D'un côté, les jumeaux l'avait toujours dominée, par leur morgue, leur jeu malsain et victorieux. De l'autre, c'était elle qui menait le jeu. Sans elle, ils devaient s'emmerder profondément. Elle était sûre qu'ils ne supporteraient pas de perdre la distraction qu'elle représentait à leurs yeux déments. Par égo, probablement. Un MacGraw ne laisse jamais sa proie s'échapper, n'est-ce pas ? Jamais. Ils ne la laisseraient jaamis partir. Jamais respirer. Elle commençait presque à avoir peur d'eux, de leurs maneuvres, de leurs agissements qui commençaient à prendre une tournure un peu trop perverse et vicieuce à ses yeux. Manquerait plus que leurs parents decident de la marier à un des deux jumeaux. A cette seule pensée, un frisson remonta la colonne vertébrale de Shiloé. Ce serait horrible. Mais un sourire inexpliquable finit par naître sur ses lèvres roses. Son père ne la marierait pas à un MacGraw. Pour la bonne raison qu'il se consacrait en ce moment à la politique, et ne se souvenait même plus qu'il avait deux gosses. De ce fait, c'était Cobain l'homme de la famille, et malgrès toute l'antipathie que Shiloé lui témoignait, elle devait lui reconnaître une qualité : si mariage il y aurait, Cobain la marierait à un homme de confiance, qu'il connaissait bien et qui ne puisse pas la mettre en danger; de préférence un étranger non impliqué dans le mouvement des Mangemorts. Contradictoire de la part de son frère, certes. Mais c'était ce qu'elle avait compris dans leur dernière "discussion". Un échange de lettres consises. Franches et directes. Froides et dénuées d'âme. Comme eux. Cobain n'avait ni parlé de sa localisation, ni de ce qu'il faisait en ce moment même; encore moins de la marque. Il s'était contenté d'axer la conversation sur l'avenir de Shiloé. L'avenir qu'il lui offrait sur un plateau d'argent. Ces lettres l'avaient rendus heureuse. Il fallait l'avouer. Ce fut sur ses pensées qu'elle tourna le dos avec élégance aux jumeaux. Shiloé n'avait pas fait quelques pas qu'elle sentit un étau lui enserrer le poignet avec force. Elle savait très bien qui la retenait ainsi. C'était forcément Raphaël; il n'y avait pas autant de violence qui émanait de son jumeau. Shiloé ne se retourna ni lentement, ni vivement; inutile de faire des effets et de leur faire croire qu'elle leur accordait plus d'attention que nécessaire, parce qu'ils étaient les fils MacGraw et elle la fille Rhodes.Parce qu'ils étaient importants et riches. Parce que son frère était parti et qu'elle n'avait plus personne pour la protéger, à présent.

Dieu seul savait comme elle s'en foutait. C'était sorti sous l'émotion et à présent elle se rendait compte de l'ineptie qu'elle avait sorti, mais peut-importe; ainsi, le masque que portait continuellement les jumeaux ( que ce soit Raphaël ou Gabriel, peut-importe, après tout ils étaient la même entités, le même monstre au visage miroitant, dédoublé, déclaqué. Mais quand allait-elle avoir l'honneur de les voirs séparés, affaiblis, à genoux devant elle. Quand elle serait plus âgée et moins naïve; elle prendrait sa revanche, aussi amère et inutile soit-elle. S'en suivit leurs célébres monologues. Rien ne pouvait les arrêter. Ils parlaient, ils parlaient, il n'y avait rien de mieux à faire que de les laisser s'ecxiter pour mieux contrer. Enfin, le bruit cassant de leurs voix s'éteint. Le silence. Shiloé les regarda avec un air particulièrement innocent, comme si elle s'estimait bien au dessus de cela, de toutes ces stupidités. ♫ C'est ce que vous dîtes. Si vous restez à cette idée stupide, je ne sais pas comment vous ferez quand vos parents décideront de vous marier. J'ai hâte de vous voir séparés. Après tout, à deux vous êtes tout, mais seul, vous ne représentez rien. ♫ La provocation dans l'innocence la plus abjecte. Shiloé avait raison et elle le savait. Elle savourait ce moment de domination chèrement payé, sans méchanceté aucune; tout en espérant naïvement qu'il y en aurait bien d'autre où elle pourrait accroître le faible pouvoir qu'elle exerçait sur les étranges spécimens qu'étaient Gabriel et Raphaël MacGraw. Héritiers comme elle d'un empire. Empire politique pour elle; des hommes qui s'apparentaient à des pions, qu'elle pouvait éliminer et maneuvrer à sa guise, à l'image de son noble père.

- Et c’est qui d’abord cette fille ? Ivy Lloyd c'est ça ? Quelle Maison ? »

Comme si elle allait leur dire; comme si allait faire preuve d'une telle idiotie. Comme si elle allait exposer une gamine innocente à leur foudre. Elle était déjà prise à leur piège, Elle, Shiloé Aegle Janicee Rhodes, Elle, la fille Rhodes, qui ne pouvait que s'écraser à présent, elle n'allait pas imposer ce cauchemard à quelqu'un d'autre. Pas cette relation destructrice qui emportait tout ce qui comptait pour elle à la manière d'un ouragan. Elle n'allait pas laisser les jumeaux pourrir la vie d'une autre personne. Ce n'était pas le genre de Shiloé. Elle avait un statut à part, elle le savait, mais n'était pas sûre que ce fut une bonne chose. C'était même une contrainte. Ils lui prenaient tout. Ils ne lui laissaient aucun répit. Ils la considérait comme une amie, mais étaient encore plus ingrats avec elle qu'avec les autres. Shiloé ne put s'en empêcher de sourire : il n'oserait tout de même pas lui faire du mal, à elle, sa petite poupée de porcelaine.Elle resta silencieuse jusqu'à ce que Gabriel incita son jumeau à la lâcher. Enfin. Un sourit naïf s'installa sur ses lèvres : allait-elle enfin leur faire péter une durite ? ♫ C'est bien mieux comme ça. Je vois que Gabriel commence à pouvoir te réfréner, Raphy, c'est bien mieux comme ça. Tu commençais à ressembler à un animal, n'est-ce pas ce à quoi vous assimilez les moldus ? ♫ Insolence enfantine peu maîtrisée. La provocation sous la douceur féminine. Shiloé. ♫ Pour répondre à ta question, Ivy Llyod doit être une de ces filles qui n'ont rien pour elles et qui ne savent pas se faire remarquer, ce qui explique pourquoi je ne vois pas qui c'est ! ♫

Mensonge éhonté. Shiloé n'avait pas honte. Avec les jumeaux, tout les coups étaient permis. Elle se redressa, lumineuse. Elle avait bien remarqué que du haut de se stalons, elle dominait largement les jumeaux, alors elle décida de ne pas leur faire la faveur de s'asseoir. Dans le language corporel, cela aurait signifié clairement qu'elle les laissait la dominer. Or, Shiloé, dans sa naïveté, était certaine que la partie n'était pas encore terminée : qu'elle pouvait s'en sortir sans dommage apparent. Qu'elle était à deux doigts de renverser le combat, qu'ils ne s'en sortiraient pas comme ça, qu'elle réussirait enfin à les mettre à terre.

« Tu dois comprendre qu’on agit pour ton bien Shiloé…
- Tu crois qu’il réagirait comment ton père en voyant ce genre de fréquentation ?
- Et si ta mère l’apprend où qu’elle soit, je crois qu’elle sera très déçue… »


Toujours les mêmes mots, les mêmes paroles entêtantes, affreuses, humiliantes, qui s'incrustaient dans sa boite cranienne et lui donnait envie de gerber. Elle ne pouvait pas se faire ainsi, question d'orgueil. Le pire, c'était qu'ils avaient raison. Largement. Mais elle ne supportait pas ces paroles, et pourtant elle ne parvenait pas à s'en détâcher. Elle était faible. C'étaient toujours les mêmes qu'ils débitaient, avec leur assurance tranquille. Ils savaient parfaitement comment la faire faiblir. Ils savaient comment la mettre à terre. Mais cette fois-ci, ils avaient sorti une carte de choix : sa propre mère. Un goût amer emplit sa bouche. Elle serra les dents. Comment osaient-ils... Elle était la fille Rhodes; si elle ne parvenait pas à se faire respecter par ces deux imbéciles, elle n'arriverait à rien. Bordel. Sa voix s'éleva, glaciale, témoignant de la colère qu'elle ressentait et du vide que lui inspirait tout ces événement qui se produisaient autour d'elle sans qu'elle ne puisse rien y faire. Elle était spectatrice de sa propre descente aux enfers. ♫ Il n'y a que Cobain pour se préoccuper de mes fréquentations; et il estime qu'il est le seul à avoir le droit de me surveiller. Vous n'aimeriez tout de même pas qu'il vous prenne en grippe ? ♫ Et Bam. Tout le monde avait un peu peur de Cobain. Quoi de plus normal ? Ils n'avaient pas qu'à mentionner sa mère. Pourquoi mentionner un fantôme ? Elle se souvenait encore, après son départ, de toutes ces longues heures passées avec Cobain, à marcher dans le jardin, et à élaborer des théories sur le départ de leur mère. Puis son frère s'était lassé du souvenir d ela femme qui les avait mis au monde aussi soudainement qu'il s'était lassé de sa soeur. La boucle était bouclée.

« Tu sais Shiloé… Beaucoup de ces gens pourraient profiter de ta pureté pour se hisser dans la société sorcière…
- Et ça a tes dépend bien entendu. Que crois tu qu’il arrivera quand ils auront obtenus ce qu’ils veulent ? »


Shiloé fit la moue. Elle ne supportait pas d'entendre son nom sali dans leur bouche. Même s'ils avaient raison, il y en aurait, des gens comme ça, qui profiteraient de sa naïveté sans états d'âme. Mais on parlait de Noah, un Poufsouffle de 5ème année, qui n'en avait rien à foutre de la haute. Ainsi, quand elle s'exprima, on aurait dit une enfant boudeuse. ♫ Noah n'est pas comme ça. Il n'en a rien à faire de ces conneries. Et ne commencez pas à me prendre la tête avec notre prétentue pureté qui n'existe que dans nos têtes. ♫ Shiloé avait ce petit air mi triomphant mi naïf qu'elle avait en cas de chute imminente. Si décadence il y avait, au moins ce serait avec orgueuil.

« Et puis, si tu es venu nous parler c’est que tu ne dois pas nous trouvez si lamentable que ça. »

Non. C'était une perche qu'ils lui tendaient !Un moyen de retrouver son arrogance. Elle ne les pensait pas maladroits au point de lui permettre de reprendre le dessus. Elle sourit, et ronronna, avec arrogance enfatine ♫ C'est surtout une faveur que je vous fait. N'oubliez jamais. ♫
Revenir en haut Aller en bas
Gab & Raph MacGraw

avatar

Messages : 34

MessageSujet: Re: Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE   Mar 16 Oct - 9:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Et voila, la Serdaigle était venue leur faire la morale, ce qui ne faisait que les amusé car il ne prenait pas vraiment la jeune fille au sérieux. Bien sur, elle avait un rôle dans la société mais les MacGraw voyait au delà des rangs. Sinon, il n’y aurait pas autant de Sang Pur dans ceux à qui ils avaient déjà joué des tours. Et puis, les jumeaux faisaient tout de même le nécessaire pour ne pas se mettre Shiloé à dos… Enfin, c’était surtout Garbiel qui veillait à cela, même si Raphaël se pliait toujours à ses conseils. Soit, les jumeaux c’était empressé de détromper la jeune fille quand à cette rumeur qu’elle leur avait rapporté. Une rumeur que l’un comme l’autre ils trouvaient tout simplement ridicule. Cependant, la jeune Rhodes leur opposa le fait que les femmes qu’on leur choisirait ne les différencieraient sûrement pas. L’un comme l’autre eurent un même sourire, puis haussèrent les épaules avant de se passer mutuellement un bras autour des épaules.

« Notre mariage ? On en a déjà parlé.
- On a convaincu Père de ne pas accéder à une union pour nous sans notre accord. »


Les jumeaux laissèrent un sourire se poser sur leurs lèvres et retinrent de concert un léger rire. Shiloe ne semblait pas se rendre compte que, malgré l’importance de leurs parents, les jumeaux savaient comment les manipuler… Il fallait dire qu’avec les années ils avaient eut plus que l’occasion de savoir comment avoir ce qu’ils voulaient de leurs parents. Changeant ensuite de conversation, les garçons l’avaient questionné sur Ivy Lloyd… Mais la jeune Rhodes ne semblait guère décidée à leur répondre… Au lieu de ça elle provoqua Raphaël et Gabriel cru bon de se placer imperceptiblement entre son frère et leur jouet afin de pouvoir intervenir au cas où. Quand à la fille, la Serdaigle prétendait qu’elle ne la connaissait pas et même si les jumeaux n’en croyaient pas un mot, ils décidèrent de ne pas poursuivre l’interrogatoire… D’ailleurs au final, ils s’en contrefichaient de cette fille qui prenait ses rêves pour la réalité.

Sans plus s’attarder le sujet changea encore pour en revenir à la protection qu’ils prétendaient offrir à la jeune fille… Enfin, pour lui c’était bel et bien de la protection… à leur façon. Encore une fois, elle trouva quelque chose à lui opposer : elle parla de son frère. Un instant, les jumeaux perdirent leurs sourires arrogants. Bien sur, ils n’étaient pas assez sots pour ne pas craindre le frère de Shiloé… Pourtant, ils ne partageaient pas l’avis de la jeune fille et ce fut Gabriel qui commença à prendre la parole tout en ce passant nerveusement une main derrière la nuque.


« Il vaut sûrement mieux qu’il nous reproche de veiller sur toi…
- … Plutôt qu’il nous fasse payer de ne pas l’avoir fait si lui ne peut pas te protéger. »


Ok, les intentions des jumeaux étaient loin d’être les plus pures, mais c’était vrai, ils veillaient sur la sécurité de Shiloé à leur façon. Ainsi, les serpents s’estimaient dans leur bon droit vis-à-vis d’elle comme de Cobain… D’ailleurs si ce dernier avait un reproche à leur faire, ou qu’il puisse être, il savait comment les joindre et il l’aurait sans doute fait depuis le temps… Ils jugeaient cependant encore une fois qu’il n’y avait rien d’autre à ajouter à ça. Si il devait y avoir un problème entre Cobain et eux, ça ne concernerait qu’eux trois et personne de plus. En tout cas, ils continuèrent d’exposer leur point de vue à Shiloé pour la sempiternelle fois. Cette fois, elle se contenta de leur dire que Noah n’était pas comme les autres. Raphaël eut une moue tout bonnement dégoûtée alors que son frère se contentait d’un simple soupire un peu las. Pourquoi croyait elle ça ? Parce qu’il le lui avait dit ? A force de côtoyer les fils MacGraw elle devait pourtant savoir que ce que l’on disait parfois n’avait absolument rien à voir avec ce que l’on pensait. Enfin, elle était têtue alors ils n’avaient plus qu’à continuer à agir dans l’ombre et tant pis si cela énervait Shiloé… Quand à Cobain, si il venait à le leur reprocher, ils verraient bien avec lui pour se le mettre dans la poche… ou au moins de s’en faire un allié.

Et voila maintenant que la jeune Serdaigle prétendait leur accorder une faveur, ça les faisait bien rire. Quelque part, elle avait beau ne pas les porter dans son cœur, elle devait quand même les aimer à sa façon, sinon, elle ne reviendrait pas constamment vers eux. Tout à coup Gabriel se souvint de la dernière lettre qu’ils avaient reçue de leur père. Alors que le plus pacifiste des deux réfléchissait à la manière dont il allait pouvoir parler de ça à la Serdaigle son frère commençait déjà à parler.


« Au fait, notre père à passer un accord avec le tiens. Tu viendras au bal avec moi, de toute façon, il vaut mieux. »

Gabriel leva les yeux au ciel… Encore une fois, Raphy ne connaissait pas le tact… Il était tout de même vrai que, en tant que Sang Purs, leurs parents ne cessaient de vouloir assurer, au minimum, leur rôles dans la société sorcière britannique… Au final ça n’avait donc pas surpris les jumeaux de recevoir un message de leur père disant qu’il avait déjà tout arranger pour le bal… Pas de doute, cette idée venait de Mr MacGraw… Mais ce n’était qu’un bal après tout, rien qui ne puisse avoir un importance quelconque pour la paire de Serpentard… D’ailleurs, leur géniteur aurait pus trouver bien plus contraignant pour eux dans ses alliances. Au moins, la jeune Rhodes ne se ferait pas d’idée car elle les connaissait et elle connaissait leur impression quand aux filles qui pourrait ou non les côtoyer et espérer ou non toucher leur cœur… Les connaissant l’un comme l’autre, Gabriel se doutant que la brune refuserait, peut être même qu’elle s’énerverait… et Raphaël aurait l’apparence de s’en moquer… à moins de pouvoir passer ses nerfs d’une façon ou d’une autre plus tard. Gabriel tenterait donc de sceller cet accord un peu plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Shiloé A.J. Rhodes

avatar

Messages : 84

MessageSujet: Re: Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE   Sam 3 Nov - 22:30

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ils ne la prenaient pas au sérieux. Personne ne la prenait au sérieux, d’ailleurs. Logique. Elle n’était qu’une gamine de 15 ans dont le rôle était de savoir comment parler aux hauts-placés, comment se débrouiller pour attirer les regards des beaux partis, comment se tenir. Tout était une question d’apparence, de paraître. Son rôle était futile, superficiel, à l’extrême limite de l’inutilité. Mais elle avait appris à vivre avec cela. A jouer selon les règles du jeu. C’était tout ce qu’elle pouvait faire pour l’instant. C’était la façon dont on lui avait appris à vivre. Et dans cette vie là, on ne la prenait pas au sérieux. C’était ainsi. Shiloé ne pouvait malheureusement rien y faire pour l’instant. Elle était bloquée dans une situation plutôt casse-gueule. Aller faire la morale aux jumeaux… Elle avait eu mieux, comme idée. Parce que là, c’était vraiment le summum de la naïveté. Elle ne pensait pas être arrivée jusque là. Quelle catastrophe. Vraiment lamentable, comme situation. La serdaigle croisa les bras, histoire de se mieux se protéger mentalement des jumeaux MacGraw. Fermée à tout dialogue sensé. Ce n’était pas son genre, au contraire, Shiloé était plutôt médiatrice dans la vie. Sauf qu’avec ces deux-là, bavarder tranquillement, ce n’était pas possible. C’était même mission impossible, comme ce film moldu qu’elle avait regardé en cachette un jour, avec cet acteur plutôt mignon en passant. Certes, c’était légèrement plus violent, mais Shiloé trouvait sa comparaison acceptable. Même si les jumeaux n’avait malheureusement rien à voir avec ce Tom machinchose. La discussion aurait peut-être été plus agréable. Bon, elle ne pariait pas dessus, néanmoins c’était une possibilité envisageable. Shiloé n’avait jamais compris pourquoi les jumeaux ne faisaient pas le pas de trop. Pas à cause de Cobain. Shiloé avait menti : Cobain se foutait de ce que préparaient les jumeaux comme de son premier sort. Bien sûr, il préférait lui-même s’occuper de l’avenir de Shiloé, bien que son père s’en mêlait un peu parfois. Mais la serdaigle doutait que Cobain connaisse le nom des jumeaux. MacGraw devait lui dire vaguement quelque chose, et encore ; il n’avait jamais léché les bottes des jumeaux, à vrai dire, c’était plutôt le contraire. Pourquoi les gens avaient peur de son frère ? Elle-même ne ressentait aucune crainte à son égard. Pourquoi craindre une personne qui n’était même pas là ? Cobain était quelque part. Il guettait. Pour toute la haute société sorcière, le fils Rhodes était parti glander à l’autre bout du monde, histoire de se ressourcer après des ASPICS plutôt satisfaisants. Des rumeurs disaient également qu’il se trouvait en Russie, en train de gérer une affaire mafieuse qui avait un rapport direct avec la famille Rhodes. Mais personne n’avait pensé aux mangemorts. Et c’était tant mieux. Cela aurait fait des vagues. Le fils Rhodes mangemort. Elle-même n’y avait pas cru. Au début. Puis elle avait admit qu’il n’avait pas élaboré un stratagème stupide pour se foutre de sa gueule. C’était le genre de Cobain, ouais. Et pourtant, c’était pas une blague. Leur père n’était pas au courant. Et Shiloé ne voyait franchement pas l’utilité de l’en informer. Elle n’avait besoin de personne pour régler ce problème. Elle était suffisamment dure pour pouvoir gérer les conneries de son frère. Certes, elle ne savait pas vraiment où le trouver, où le contacter. Mais ça ne représentait qu’un problème mineur dans son esprit logique. Quelqu’un le ferait à sa place. Les jumeaux, par exemple. Un vieux copain de Cobain. C’était un véritable jeu de piste, une partie de cache-cache dans laquelle elle ressortirait gagnante. Hors de question qu’elle perde à nouveau contre son frère aîné. La voix des MacGraw la ramena à la réalité. Leur position était assez comique : on aurait dit des scouts lors de la photo du dernier jour de colonie.
Le mariage. Ha oui. Shiloé avait en effet mentionné ce point-là. Elle écouta patiemment leurs paroles en décryptant leur comédie parfaitement maîtrisée. Elle en était presque admirative. Mais les gens oubliaient souvent que derrière la fille enfantine vivant dans un monde de guimauve, il y avait la serdaigle logique, la sang-pur froide et impassible. Shiloé laissa un léger rire filtrer par ses lèvres. Si elle avait pu, elle aurait rit aux éclats mais ce n’était franchement pas très digne. Et bien. Au moins, ils étaient optimistes. Shiloé savait parfaitement qu’elle n’aurait rien à dire, et n’en avait cure. Qu’est-ce qui l’empêchait d’aller voir ailleurs, hein ? Puis, avec un peu de chance, dans deux ans, son père serait mort ou sénile, Cobain dans l’incapacité de lui dicter dans sa vie, et sa mère toujours disparue. C’était un tableau infiniment triste ; elle espérait sincérement que cela ne se produise pas. Mais elle serait définitivement libre. Et ce serait la fin des Rhodes. De l’autre côté, les Rhodes avaient un héritage, une histoire, qu’elle prenait toujours plaisir à entendre. Les légendes grecques que lui contait son père lorsqu’elle était enfant ne cessaient de la fasciner. Peut-être qu’au final, elle ne l’abandonnerait pas. ♫ Sur ce coup là, vous êtes encore plus naïfs que moi. Votre paternel va vous dégoter une jolie sang-pur pas trop conne et pas trop pauvre, et puis voilà. Faut pas rêver. ♫ Et oui, c’était leur vie. Shiloé faisait avec, à vrai dire. Parfois, lors de ces grandes soirées ennuyantes qu’elle avait de plus en plus de mal à supporter, elle s’amusait à se demander son frère oserait-il la fiancer. Le grand blond là-bas ? Cet adolescent français à l’accent si séduisant ? C’était distrayant. Et elle se détachait ainsi de l’oppressante réalité en traitant la vie comme une grosse blague.

Pff, comme si Cobain avait besoin des jumeaux. Elle était naïve, certes, mais connaissaient les manigances de son grand frère. Et il n’aurait jamais choisi les jumeaux en protecteur. Trop… MacGraw. Mais peut-importe. Elle avait vu leur changement d’attitude. Et se cacher derrière Cobain pour les mettre mal à l’aise ne lui posait aucun problème. C’était particulièrement lâche de sa part, mais à vrai dire, elle n’en avait rien à cirer. ♫ Ecoutez. Vous connaissez Cobain. J’espère que vous le respectez assez pour ne pas penser une seule seconde qu’il aurait besoin de l’aide de deux gamins de 15 ans pour s’occuper de moi. Si ce n’est pas le cas, peut-importe. Mais évitez de vous insinuer dans mes affaires et celles de ma famille, conseil d’ « amie » ♫ Clair, net. Concis. Il n’y avait aucune ambiguïté. Avec les jumeaux elle perdait en général toute sympathie, toute gentillesse. Ce n’était même pas une menace. Et même si ça en avait été une, les jumeaux ne l’aurait pas pris telle quelle. Leur arrogance allait les perdre, elle en était persuadée.

« Au fait, notre père à passer un accord avec le tiens. Tu viendras au bal avec moi, de toute façon, il vaut mieux. »

Hum, pardon ? C’était pas prévu dans le programme, ça. Shiloé en resta bouche bée. Un accord ? Un putain d’accord ? Pour un bordel de bal ? Impossible. Ce n’était pas important. Cela n’avait aucune impact sur leur réputation. Cela n’apporterait rien à Mr MacGraw que la fille Rhodes aille au bal avec ses fils. Ce n’était pas quelque chose d’important. Un simple bal organisé à Poudlard. Shiloé se composa un sourire un peu figé. ♫ Hors de question. J’ai déjà quelque chose de prévu pour le bal. Puis, je suis sûre que mon père n’en a rien à cirer. J’aurais reçu une lettre ♫ A moins qu’il ne soit trop occupé pour y penser. Mais cela, elle n’allait pas le préciser. Plus sérieusement, elle n’avait pas du tout l’intention de se rendre au bal avec les jumeaux. Ce serait avec Noah. Ils passeraient une belle soirée. Et il n’était pas question que les magouilles de leurs parents viennent gâcher cela.
Revenir en haut Aller en bas
Gab & Raph MacGraw

avatar

Messages : 34

MessageSujet: Re: Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE   Sam 10 Nov - 14:06

Raphaël et Gabriel n’avaient jamais vraiment pus prendre Shiloé au sérieux… Elle était trop… trop… trop Shiloé quoi. Quand bien des filles Sang-Pur savait ce qu’elle voulaient et agissaient ainsi que leur mère et les autres femmes de leur rang, la jeune Rhodes agissaient encore comme une enfant perdue au milieu de ses rêves. Les jumeaux MacGraw quand à eux s’étaient toujours arrangés pour se mêler des affaires de leur famille ne laissant jamais vraiment le temps à leur père de le leur reprocher. Certes, leur père parvenait tout de même à les tenir à l’écart de certaines de ses affaires. Après tout, ils n’étaient pas encore en age de reprendre le flambeau d’une quelconque façon que ce soit. Pourtant, bien qu’ils n’aient que quinze ans, les deux Serpentard ne comptaient pas se laisser diriger sans avoir leur mot à dire d’une façon où d’une autre. D’ailleurs, si MacGraw sénior voulait s’assurer que ses garçons se tiendraient tranquilles par rapport aux enfants des clients de son père. Quoi qu’il en soit, Shiloé ne tarda pas à leur annoncer qu’ils étaient plus naïfs qu’elle si ils pensaient que leur père n’allait pas leur dégoter une Sang-Pur. Les garçons s’entreregardèrent un instant puis haussèrent les épaules.

« Qu’il nous trouve des Sang Pur à la rigueur…
-Mais si elles ne savent pas nous différencier
-On le leur fera regretter
- Avant même qu’une union n’ait lieu. »


Les jumeaux avaient peut être quelque chose de Naïf… Mais ils avaient surtout un caractère intraitable et ils n’hésitaient pas à faire triompher leur volonté quoi qu’ils doivent faire pour cela. En tout cas, si leur père leur choisissais quelqu’un, ce devrait être quelqu’un dont la famille était très haut placer dans la société sorcière… deux filles dont les familles devaient posséder une fortune tout bonnement étonnante. Là encore, l’imposer aux deux garçons seraient tout simplement impossibles et ils étaient suffisamment fier pour ne pas laisser gérer leur propre vie sans leur consentement. Voila que maintenant, Shiloé tentait de leur conseiller de ne pas se mêler de ses affaires… Ils n’allaient pas pour autant la laisser s’en tirer à si bon compte, elle était leur jouet et ils s’amusaient follement à ses dépends. Les jumeaux ne prirent pas la peine de relever ce que leur disait la jeune fille. Ils décidèrent d’ailleurs de faire comme si ils n’avaient rien entendu. Au lieu de rester sur le sujet, les garçons avaient parlé de l’invitation que leur parents avaient organisés entre eux quand au bal qui allait être organisé dans les jour à venir.
Le bal… Oui, mais seulement voila, la brunette ne semblait pas se plier à cette volonté… Pour eux, que ce soit elle ou une autre… cela ne changeait rien, c’était juste une fête après tout. Quoi qu’il en soit, les jumeaux avaient l’impression de ne pas vraiment avoir le choix. Gabriel plongea ses mains dans ses poches et laissa un soupire franchir ses lèvres.


« Tu sais Shiloé, ce n’est que la volonté de nos parents… que je sache les notres soutiennent ton père.
- Je pense qu’ils n’apprécieraient pas que tu t’opposes à ce qu’ils ont pus convenir pour nous.
- Tu peux toujours remettre tes projets à une autre fois. Et si ton père n’en a rien a faire comme tu dis, pourquoi aurait-il passer cet accord avec le notre ? »


Bien sur, il ne s’attendait pas à une réponse. D’ailleurs, pour eux ce n’était même pas négociable, Shiloé irait au bal avec l’un d’entre eux, peut importe les réticence qu’elle pourrait avoir. Les jumeaux croisèrent un instant leur regard puis Raphaël adopta la même position que son frère, les mains dans les poches. En attendant, la jeune fille n’avait pas reçu de lettre de son père… mais ce n’était pas pour autant que les garçons la laisserait leur échapper aussi facilement. Surtout que si il ne pouvait pas se désintéressaient pas de leur jouet, le Bal d’Hiver promettait d’être très ennuyeuse.
Revenir en haut Aller en bas
Shiloé A.J. Rhodes

avatar

Messages : 84

MessageSujet: Re: Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE   Sam 5 Jan - 19:05



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Shiloé ne se mêlait ni des affaires des jumeaux, ni de celles de son père. Enfin, un peu. S'assurer que son père ne trempait pas dans des trucs trop louches était sa responsabilité de fille cadette. Sauf que. Son père avait l'expérience, la fourberie, et le cynisme. Cynique au point de penser que ses propres enfants tenteraient de retourner ses contrats et ses affaires contre lui. Alors il les cachait. Les dossiers. Ses contacts. Il taisait les noms de ses clients. Ses explications devenaient vagues. Cobain avait parlé de paranoïa aiguë. Mais tout le monde savait, Shiloé y compris, que Cobain ne rêvait que de la chute de son père, afin de pouvoir mieux s'occuper des affaires familiales. Alors leur géniteur s'était entouré de précautions. Dirigées contre son propre fils. Et sa fille, on ne savait jamais après tout. Même si Shiloé serait incapable de faire du mal à son père. Quoique. Ce n'était pas parce qu'elle était innocente aujourd'hui qu'elle le serait demain. D'ailleurs, elle n'était plus aussi naïve qu’auparavant. Grâce à Cobain. « Tu crois vraiment que Père ne trempe que dans des affaires légales ? T'es bien la seule à le penser. » Elle avait des doutes. Mais quand même. Les trafics que lui décrivait Cobain avec une mine sombre lui retournaient l'estomac. « Et Il trempe dans tout ça ? » Leur père était devenu depuis quelques temps Il. Personne ne savait exactement quand il était devenu une icône abstraite. « Il n'y a pas que lui. Et ne pense même pas à jouer la justicière et à arrêter tout ça, tu n'en as ni le pouvoir ni la véritable volonté. » Et il était parti. Shiloé avait de bonnes raisons de penser que Cobain trempait lui aussi là-dedans. Cobain était en passe de devenir Il, lui-aussi. Elle n'utilisait son prénom que lorsque c'était nécessaire. Bref. Elle évitait de se mêler des affaires des jumeaux, de son frère, et de son père, enfin, presque, et eux souhaitaient contrôler sa vie ! Ils étaient tous pareils, au fond. Les jumeaux parlèrent, et ils la sortirent de ses pensées en quelques secondes. Ils avaient ce don. De l'agacer à un point impossible. Pfffff. Comme si n'importe qu'elle fille de sang-pur, arrogantes comme certaines pouvaient l'être, se laisserait faire par ces deux-là. Elle, c'était différent. Elle savait comment s'échapper aux moments les plus dangereux. Ils pensaient qu'elle leur appartenait, la bonne blague. Shiloé n'était la propriété de personne. « N'oublie jamais. Personne ne peut te forcer à prendre des décisions. Personne ne peut te contrôler. Ne te plains jamais. Ne te justifies jamais. » Les doux conseils de Cobain. Il avait raison, son machiavélique frère. ♫ Alors, elles vont souffrir. Car il n'y a qu'une seule personne qui puisse vous différencier... Et je ne suis pas sûre qu'elle ait envie de vous épouser. ♫ Lâcha t-elle en haussant des épaules. Elle était devenue lointaine, presque aérienne. Pour se protéger des jumeaux, il fallait s'éloigner d'eux. Quand l'ombre de Cobain la protégeait encore, ils n'avaient aucune prise sur elle. Pour l'instant. Peut-être qu'un jour, ils auraient passé l'âge d'avoir peur des fantômes.

Shiloé soupira, ne prenant même pas la peine de cacher son agacement ( pourquoi l'aurait-elle fait ? ). Aller au bal avec l'un des jumeaux ne la tentait, mais alors, vraiment, pas du tout. Et ils n'avaient l'air pas plus enthousiasmés que ça. Elle sourit en songeant que cette soirée serait alors une corvée pour les deux camps. Ils soulevaient des questions auxquelles elle ne voulait pas penser, bien qu'elle en ait déjà fait le tour. Son père voulait sauver les apparences, bien sûr. La mère qui s'en va, le frère dont le nom est sur toutes les lèvres, et pas en bien. Il fallait prouver qu'ils étaient toujours aussi puissants, et que les MacGraw voulaient encore d'eux, voilà tout. Et... Il était certes de notoriété publique que les MacGraw soutenaient les Rhodes, mais pourquoi soutiendraient-ils une famille dont le nom avait été traîné dans la boue à plusieurs reprises, hein ? Par les enfants, par le père et ses trafics honteux et sa politique instable, par la mère et sa fuite d'une lâcheté rare. C'était illogique. C'était déshonorant. ♫ Je me suis toujours demandé par quoi nos familles étaient liées... Après tout... Mon père n'a à priori pas besoin de votre soutien, et qu'est-ce que ma famille aurait pu apporter de si important à la vôtre ? ♫ Elle gagnait du temps. Ce qu'elle voulait entendre de la bouche des jumeaux était simple. Des mots tels que magie noire, trafic, politique, trahisons, mangemorts, coups bas et unions. Des mots qui pouvaient tous les condamner.
Revenir en haut Aller en bas
Gab & Raph MacGraw

avatar

Messages : 34

MessageSujet: Re: Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE   Ven 11 Jan - 23:40

Les jumeaux vivaient dans leur petit monde… et rares étaient ceux qui parvenaient à les en sortir. Shiloé, elle, elle y parvenait car elle les amusait. La Serdaigle était tellement différente des autres Sang Pur… C’est peut être ça qui avait attirer leur curiosité au début… Mais ça, ni Gabriel, ni Raphaël ne s’en souvienne vraiment. Enfin, finalement, ce n’était pas ce qui comptait le plus. Cependant, pour le coup, la jeune femme n’avait pas tord, il n’y avait pour le moment qu’une personne qui était capable de vraiment les différencier… Et elle ne faisait pas vraiment chavirer leur cœur… pas plus qu’eux ne faisait vaciller le sien… Enfin, c’est vrai qu’elle les déstabilisait, mais de la à concevoir ne serait-ce qu’un instant un couple avec… c’était tout simplement impossible. Bah ! Pas bien grave, de toute façon les jumeaux n’étaient pas le genre à rêver de fonder une famille et d’avoir des descendants. Que voulez-vous, ils étaient égoïstes et ne le cachait en rien.

Et la conversation dévia… C’est vrai quoi, pourquoi rester sur l’absence de vie amoureuse –volontaire- des jumeaux quand on pouvait mettre des sujets plus épineux sur le tapis… Et c’est ce que venait de faire le brunette… Un bon gros sujet épineux bien glissant avec lequel elle semblait vouloirs piéger les jumeaux et ça, ils ne l’avaient pas vu venir… Cependant, ça ne les empêcha pas de se reprendre étonnement vite. Quel lien pouvait unir leurs familles ? Les Serpentards savaient que leur géniteur cherchait à avoir de l’influence un peu partout. Une somme d’argent à gauche, une « bonne » relation présentée à droite ou encore un accord. Bien entendu, cela pouvait toujours à des solutions assez glauques mais pour assurer son pouvoir, Mr MacGraw, comme ses fils, étalait son influence aux autres familles… Il le faisait peut être juste un peu plus discrètement que ses fils. La manipulation, c’était de famille. D’ailleurs, manipuler les bonnes personnes aux bons moments, sans qu’elles en aient conscience, c’était le meilleur moyen d’obtenir ce dont on avait besoin quand on en avait besoin. Un sourire froid et calculateur se posa sur les lèvres de Raphaël quand son timide miroir se posa sur celle du cadet.


« Ce que notre père fait, on ne s’en mêle pas encore…
- On verra après nos Aspics pour nous plonger dans ses dossiers. »


C’est vrai, ils étaient les héritiers de leur père, mais ils n’étaient pas encore temps pour cela. Les jumeaux échangèrent un regard, ils ne trempaient pas encore dans les dossiers de leurs pères, mais quelques galions et un ou deux services pouvaient facilement mettre quelqu’un dans sa poche… aussi désagréable que l’on puisse être. Encore un instant puis Raphaël haussa les épaules et glissa maintenant ses prunelles sur la jeune fille pour dire simplement :

« Mais bon, on s’en fiche un peu…
- C’est vrai, le plus important n’est pas pourquoi le lien, mais que le lien soit là…
- Si on peut juger que ce soit important. »


Comme toujours, les jumeaux se complétaient. Dès lors qu’ils étaient tout deux dans une même pièce. Enfin, pour le moment, même cette joute verbale commençait à ennuyer les garçons et ce fut bien visible car le moins humain poussa un profond soupire d’ennuis. Les deux verts et argents s’étirèrent, comme si de rien était puis, ce fut encore ne fois Raphaël qui pris la parole :

« Si le pourquoi et le comment du lien entre nos familles te taraude tant, demande à ton père…
- Ou a ton frère… »


Bien sur, les jumeaux ignoraient encore qu’elle n’avaient plus de lien avec son frère, mais peut être l’apprendrait il bientôt… Tout dépendrait simplement des réactions et des paroles de Shiloé.
Revenir en haut Aller en bas
Shiloé A.J. Rhodes

avatar

Messages : 84

MessageSujet: Re: Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE   Sam 11 Mai - 17:32

La vie amoureuse des jumeaux faisait beaucoup rire Shiloé. La leur était inexistante et catastrophique. Ils ne sauraient même pas comment s'occuper de leur propre femme plus tard. Elle les imaginait bien, en hommes aigris, avec une ribambelle de maîtresses toutes aussi magnifiques et fabuleuses les unes que les autres. Bien sûr, elles auraient toutes une dizaine d'années de moins qu'eux et des seins énormes qui tiendraient tout seuls. Et elle ? Shiloé ferma les yeux quelques micro-secondes, tentant de s'imaginer avec quelques kilos de plus, à l'âge où la beauté impertinente de la jeunesse devient que doux charme. Quelques rides aux coins des yeux, un mari exemplaire bien sûr, un nom connu, des enfants insupportables, une carrière indécemment prévisible. Voilà ce qui l'attendait. Ajoutez à cela un amant brésilien appelé Julio; et vous aurez la totale de la mégère confirmée. Dieu merci, il se pouvait que quelqu'un ne l'assassine avant, ce qui vaudrait presque mieux.

Et voilà. Elle avait lancé le sujet, avec cette moue arrogante. Elle voulait savoir. C'était normal. Cette discussion allait faire bien pire que l'agacer, elle allait la rendre adulte, méfiante, cynique. " S'il vous laisse les regarder, bien sûr. " répliqua t-elle avec un doux sourire angélique. Manquait plus que les ailes dans le dos qui faisaient flip-flop. C'était effrayant. Cette manière qu'ils avaient de... se compléter à la perfection. Shiloé ne voyait qu'un seul et même être en la personne des jumeaux. Oui... le lien était bien là. Certes. Là était le noeud du problème. Comment briser un lien sans savoir ce qu'il reliait ? " Ce même lien va finir par casser. Vous le savez, hein ? " C'était Shiloé qui allait le briser. Bien sûr. Demander à son frère ? Quelle énorme blague. Son sourire s'affaissa légèrement. Juste un peu. Mais elle releva la tête. " Je doute que Cobain soit lui-même au courant. Vous comprenez, mon père se méfie de lui. " Et elle ajouta, avec un sourire carnassier qui contrastait avec son habituelle décontraction : " Et il a raison."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une journée ennuyeuse... apparement [LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une journée, tout simplement (Libre)
» Une journée au soleil (libre)
» Le début de journée des Poufsouffle [Libre, prio' Pouffy]
» [TERMINE] Une journée... étrange ? [Libre] PV Smith
» Traversée des collines une journée brumeuse... (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts imperium :: Ecole Poudlard :: « 5ème & 6ème étage » :: Couloir-